Le half-time show au Super Bowl 2021


Le Super Bowl est la finale du championnat de football américain qui a vu, dimanche 7 février, pour sa 55ème édition, les Buccaneers de Tampa Bay remporter le deuxième Super Bowl de leur histoire en écrasant Kansas City (31-9). Leur quarterback Tom Brady n’en finit plus, à 43 ans, d’écrire la légende du football américain avec son 7ème titre personnel : à lui seul, il a gagné plus de titres que n’importe quelle franchise NFL !

Voici un résumé du match pour les amateurs de ce sport américain :

 

Chaque année, la pause de ce match est marquée par un gigantesque spectacle. Ayant lieu au Raymond James Stadium de Tampa, le chanteur The Weeknd a joué son spectacle devant 25 000 spectateurs (contre 65 000 habituellement pour cause de pandémie) : le chanteur canadien a transposé l’univers visuel singulier de son dernier album au Super Bowl ce dimanche, avec les néons de Las Vegas et plus de cent danseurs au visage couvert de bandages.

Le résultat a été un des shows les plus aboutis de l’histoire de cette grand-messe en termes d’utilisation de l’espace, de la vidéo et des caméras, une prestation résolument orientée vers les téléspectateurs. Ses prédécesseurs avaient mis en scène leur spectacle comme un mini-concert géant, mais le chanteur de 30 ans en a fait une séquence d’une sophistication esthétique hors norme, digne d’un clip vidéo.

 

 

En 2020, le half-time show avait était assuré par Shakira et Jennifer Lopez qui avaient été choisies pour donner une touche hispanique à ce Super Bowl.

C’était aussi un double message qu’avaient voulu faire passer les 2 artistes :

  • d’abord leur âge, 50 ans pour Jennifer Lopez et 43 pour Shakira : on ne le sait que trop bien, celles qui évoluent sous les paillettes sont souvent reléguées au second plan passé 40 ans, un âgisme dénoncé par beaucoup d’actrices et de musiciennes, partout dans le monde.
  • et puis, elles sont toutes les deux Latinas : Shakira est colombienne originaire de Barranquilla, J-Lo est née dans le Bronx de parents portoricains, une identité qu’elles souhaitaient d’autant plus incarner aujourd’hui que cette partie de la population souffre de discrimination sévère de la part de l’administration Trump. JLo a entamé le refrain de son hymne “Let’s Get Loud” (Faisons du bruit), emmitouflée dans une cape aux couleurs du drapeau américain sur l’extérieur, et du drapeau porto-ricain sur l’envers. Elle s’est exclamé alors : “Latinos !”, pendant que sa fille entonnait les paroles de “Born in the USA”, de Bruce Springsteen.

 

 

En 2019, le half-time show avait était assuré par le groupe Maroon 5. Alors que d’autres artistes avaient décliné l’invitation en soutien au footballeur Colin Kaepernick, le groupe américain y avait trouvé une vitrine unique au monde lui permettant de promouvoir son dernier album “Red Pill Blues”, mais aussi d’interpréter un medley de ses nombreux tubes, “This Love”, “Moves Like Jagger”, “Girls Like You” et “Sugar” en tête ! Il était épaulé sur scène par Big Boi (Outkast) et Travis Scott.

 

 

Convié pour la 3ème fois en 2018 (un record !), le chanteur de 37 ans Justin Timberlake avait ajouté son nom, aux côtés de ceux de Lady Gaga (2017), U2 (2002), les Rolling Stones (2006), Prince (2007), Madonna (2012), Beyoncé (2013)…
Pendant une bonne dizaine de minutes, il avait offert une formidable rétrospective de ses (presque) vingt ans de carrière en interprétant les plus grands tubes de son répertoire. : « Senorita », « SexyBack », « My Love », mais aussi les cultissimes « Cry Me A River » et « Suit & Tie ».
Grand moment également lorsque tout le stade s’était paré de violet pour que Justin Timberlake s’installe au piano et interprète « I Would Die 4 U » en hommage à Prince. Les organisateurs avaient projeté sur un immense drap blanc des images du chanteur, décédé en 2016 et originaire de Minneapolis.
Pour conclure sa performance, il avait enflammé le stade avec « Mirrors » puis le diablement addictif « Can’t Stop The Feeling » entouré de plusieurs centaines de danseurs.
Un show impeccable et merveilleusement efficace !

 

 

En 2017, suspendue dans le ciel, Lady Gaga s’était envolée vers la scène qui l’attendait sur la pelouse, après une belle démonstration d’acrobatie.
Effets spéciaux, piano, voix de diva garantie sans playback… la chanteuse enchaînait avec ses titres cultes, dont “Poker Face”, “Born This Way” ou “Just Dance” devant 70 000 spectateurs conquis après 13 minutes d’un spectacle coloré et impressionnant tout en restant sobre.

 

 

En 2016, au Levi’s Stadium de Santa Clara en Californie, Chris Martin et Coldplay s’étaient entourés de deux artistes bien rodés à l’exercice : Beyoncé et Bruno Mars, prestation à voir ici.

 

En 2015, arrivée à dos de lion métallique sur l’air de «Roar», Katy Perry avait enchaîné avec “Dark horses”, “I kissed a girl”, le tube qui l’a rendue mondialement célèbre, accompagnée par Lenny Kravitz à la guitare; puis elle avait entonné “Californian girls” sur une scène transformée en plage, avant un final sur “Fireworks”, prestation à voir ici.

 

Par la magie de l’accéléré, le spectacle de douze minutes se réduit à 2’30, installation et rangement compris. On voit la pelouse vidée de ses joueurs, l’estrade érigée, les danseurs débouler, les lumières s’éteindre, le show commencer et terminer, assez rapidement, après quelques gesticulations et beaucoup de couleurs.

 

 

En 2012, la performance de Madonna a débuté sur “Vogue”, avec une longue procession de soldats romains de l’Antiquité portant la Reine de la pop sur un trône. Le péplum laisse la place à une chorégraphie de danseurs hip-hop pour “Hit Music”, puis LMFAO, Nicki Minaj et MIA s’invitent successivement sur scène pour “Party Rock Anthem” et “Give Me All Your Luvin”. Le show se conclut sur “Like a Prayer”, en duo avec le chanteur Cee-Lo épaulé d’un chœur gospel.

 

 

Mais la meilleure performance lors d’un Super Bowl reste celle de Michael Jackson en 1993.

 

Avant les années 1980, le spectacle de la mi-temps était créé autour d’un thème et le plus souvent réalisé par une fanfare universitaire.

Ces Marching Band jouent leur musique tout en effectuant divers déplacements qui dessinent des figures très complexes. Regardez le fameux moonwalk que dessine le Ohio State University Marching Band le 19 octobre 2013 en hommage à Michael Jackson; really amazing !

Pour aller plus loin, d’autres infos sur leur site internet, leur chaîne Youtube et leur page Facebook.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *