“VinylesMania”, une expo à voir absolument à Lyon


33 tours et puis reviennent : du 1er octobre 2020 au 21 février 2021, le Musée de l’Imprimerie et de la communication graphique de Lyon nous propose de revenir sur le phénomène du vinyle qui fait son grand retour sur nos platines.

Pour patienter avant de pouvoir retourner voir cette expo, voici une visite virtuelle avec Joseph Belletante, directeur du Musée, qui vous montre les étapes qui président à la fabrication des fameux disques vinyles, le graphisme novateur des pochettes ou des disques eux-mêmes, quelques superbes sélections de collections, et vous invite aussi à voyager dans le monde sur cette thématique du vinyle… et un coup de cœur sur l’Afrique étonnant et méconnu. L’expo nous emmène en voyage à travers le monde et les années. 

 

L’exposition est dédiée à Vaughan Oliver (1957-2019), designer, concepteur de pochettes et de visuels, dont le style, texturé et mystérieux, très iconique et typographique à la fois, restera comme l‘un des plus envoûtants du XXe siècle.

 

Au programme

Les vinyles en majesté

L’exposition met en évidence l’importance du vinyle aujourd’hui. Durant le premier semestre 2019, les vinyles représentent 224,1 millions de dollars sur le marché américain pour 8,6 millions d’exemplaires vendus, quand les CD comptent un peu moins de 250 millions de dollars. Le rock représente plus de 40 % des ventes, et met en avant les grands classiques ; le rap est présent à hauteur de 6,6 % et le R’n’B obtient 7,9 % des ventes. En France, 3,5 millions de vinyles ont été vendus en 2018.

 

Secrets de fabrication

VinylesMania présente les similitudes entre vinyle et imprimerie, joue sur les accords entre musique et graphisme et ouvre les portes de deux usine/atelier de pressage et un studio de recherche :

– la Record Industry de Harlem (Pays-Bas), 50 000 vinyles/jour, où le photographe britannique Alastair Philip Wiper a capturé d’étonnantes images de fabrication,
– la Manufacture des vinyles, (Haute-Savoie), spécialisée dans la conception de 33 tours pour les labels musicaux indépendants,
Studio Magma (Lyon), qui a amorcé depuis 2015 un travail de recherche autour du vinyle et propose des ateliers avec le public au cours de l’exposition.

 

 

 

Histoires de vinyles

L’exposition invite à remonter le temps avec les légendes sonores et graphiques liées aux vinyles comme le logo La voix de son maître ; la bataille entre le disco et le rock au cours de la Disco Demolition Night (1979); la naissance des premières « vraies » pochettes créées par Alex Steinweiss pour Columbia Records en 1939 ; les créations de Paula Sher, l’une des premières femmes designer de pochettes. Autant de prétextes pour faire plonger le visiteur dans la collection de vinyles du légendaire DJ Frankie Knuckles, ou dans les tréfonds du Paradise Garage qui abrita le courant musical du même nom et, très proche de nous, dans les modelages métaphoriques du graffeur lyonnais Kesa.

 

 

 

Portraits de diggers

Ils fouillent partout, à la recherche des pépites. Ces découvreurs acharnés des vinyles perdus révèlent au visiteur leurs pièces maîtresses : Christian Biral (« au lycée, j’avais toujours à la main un sac avec des vinyles ») ; Fabien Vandamme qui propose un enregistrement de 1860 (17 ans avant le phonographe), rendu audible en 2008. La Bibliothèque municipale de Lyon possède la plus importante collection de vinyles de bruitage. Touche d’émotion aussi avec l’archive sonore et visuelle de Zoë Timmers, photographe, qui réalise en 2013 un portrait filmé de son père, gravement malade, au milieu de ses vinyles. La « vinyles-mania » sera peut-être accentuée par la pénurie induite par l’incendie récent de l’usine californienne ayant le monopole de 80% de la matière première nécessaire à la fabrication des galettes noires.

 

33 tours… du monde

L’Afrique est à l’honneur cette année, à travers le projet Africa 2020 de l’Institut français. VinylesMania met en avant l’énergie musicale du continent africain, grâce à Sofa Records, disquaire lyonnais spécialisé dans les musiques du monde et aux photos de Rachel Clara Reed, journaliste, qui a photographié l’univers de Jimmy, propriétaire d’une boutique de disque inclassable au beau milieu du marché de Kenyatta, à Nairobi.
VinylesMania se rend aussi au pays où le vinyle n’existe pas : la Corée du sud, où le vinyle est quasiment absent des boutiques et des pratiques musicales. Le voyage se poursuit à Jérusalem où vit en nonne Emahoy Tségué-Maryam, pianiste et compositrice éthiopienne de 96 ans, évoquée dans le court et beau témoignage filmé d’Omar Gefen, (2015).


 

Pochettes surprises, avec Lyon BD Festival

2020 a été déclarée « Année de la Bande Dessinée » par le Ministère de la Culture. Il n’en faut pas plus pour explorer les liens unissant les vinyles et la BD, qui font souvent bon ménage. En partenariat pour la troisième fois avec Lyon BD Festival, VinylesMania est l’occasion de demander à 15 auteurs et autrices de réaliser leur pochette rêvée de vinyles, elles seront exposées ensuite à la Fnac Lyon/Bellecour.

 

 

 

Vous pouvez retrouver un article que j’avais consacré aux disques vinyles en cliquant ici.

 

Musée de l’imprimerie et de la communication graphique 13 rue de la Poulaillerie, 69002 Lyon Lyon Métropole de Lyon

Voici un lien pour télécharger le flyer de l’exposition.

Voici un lien vers la page dédiée sur le site du musée.

Ouvert du 01/10/2020 au 21/02/2021 de 10h30 à 18h sauf les 1er janvier, 1er novembre et 25 décembre.
Fermé lundi et mardi.
Ouvert les mardis uniquement pour les groupes et sur réservation.

Plein tarif : 8 €.
Gratuit pour les moins de 18 ans.
Demi-tarif et gratuité selon conditions. Inclus dans la Lyon City Card.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *