Les Grammy Awards 2018


Ce dimanche 28 janvier se tenait la traditionnelle cérémonie des Grammy Awards.

Présentés pour la seconde fois par James Corden, célèbre pour son émission Karpool Karaoke, les Grammy Awards 2018 se sont déroulés au Madison Square Garden de New York en présence des artistes les plus en vue du moment.

Après les robes noires qui avaient dominé les Golden Globes en solidarité avec le mouvement #MeToo, ce sont les roses blanches qui ont envahi le tapis rouge pour la cérémonie des Grammy Awards.

Lady Gaga, Sting, Khalid, Cindy Lauper et beaucoup d’autres invités ont arboré des roses blanches, un nouveau symbole de la lutte contre le harcèlement sexuel et pour l’égalité hommes-femmes : “une rose blanche est symbole de respect, marque un nouveau début et exprime un espoir pour l’avenir”, a tweeté le mouvement “Time’s Up”, lancé par des centaines de femmes d’Hollywood pour venir en aide aux victimes de harcèlement sexuel.

L’idée avait été lancée par un groupe de musiciennes, quelques jours avant la cérémonie et les stars y ont adhéré.
“À ceux qui voudraient essayer de nous faire taire, nous offrons deux mots : ‘c’est fini’. Fini les inégalités de rémunérations, la discrimination, le harcèlement sous toutes ses formes, et les abus de pouvoir” a déclaré la chanteuse et actrice Janelle Monae, juste après l’hommage à Time’s Up de Lady Gaga.

De nombreux temps forts ont marqué cette 60ème édition, notamment l’hommage sur “Tears in Heaven” d’Eric Clapton aux victimes des attentats de Manchester et Las Vegas.

 

 

Ce fut l’un des grands moments de la soirée : Kesha, vêtue de blanc, a interprété “Praying” en compagnie de nombreuses chanteuses, elles aussi habillées en blanc.
Parmi les artistes qui ont l’accompagnée sur scène, Cyndi Lauper, Camila Cabello et la Resistance Revival Chorus (collectif de plus de 60 femmes qui se réunissent pour chanter “dans un esprit de joie collective et de résistance”); cette performance de Kesha et son titre font écho à son combat judiciaire contre Sony, après avoir révélé qu’elle avait été violé par le producteur Dr.Luke.

 

 

Quelques jours après avoir annoncé sa tournée d’adieux, Elton John a fait sensation : l’artiste britannique, qui avait posé une rose blanche contre le harcèlement et pour l’égalité, a interprété “Tiny Dancer”, rejoint par Miley Cyrus pour la fin de la chanson.

 

 

Grand vainqueur de la soirée, Bruno Mars a récolté pas moins de six trophées dont les trois plus convoités : Album de l’année, Chanson de l’année et Enregistrement de l’année.

 

 

Récompensé par 5 statuettes, dont celle d’artiste rap de l’année Kendrick Lamar a ouvert la retransmission télévisée avec une performance coup de poing, offrant à un public enthousiaste une interprétation de son titre “XXX”, avec Bono du groupe U2 et entouré de figurants en tenue camouflage et cagoule noire.
“XXX” est l’un des titres les plus engagés de l’album “Damn”, qui évoque les meurtres de jeunes afro-américains aux États-Unis. Kendrick Lamar a conclu sa prestation entouré de figurants habillés de rouge, qui semblaient recevoir des coups de feu et s’écrouler.

 

 

Ed Sheeran, brillant par son absence, a tout de même reçu le prix de l’Album pop de l’année et celui de la Performance pop en solo avec “Shape of You”, pourtant nommé face aux titres engagés de Kesha, P!nk, Lady Gaga et Kelly Clarkson.

 

Une cérémonie de remise de récompense sans une attaque contre le nouveau locataire de la Maison Blanche est impensable. Les Grammy Awards de 2018 n’ont pas fait exception à cette nouvelle règle tacite.
Dans une séquence humoristique, le présentateur James Corden a fait lire divers extraits du livre “Fire and Fury” à des célébrités comme Hillary Clinton. Ce livre à charge du journaliste Michael Wolff contre Donald Trump contient des anecdotes peu flatteuses sur le président américain et son administration ainsi que quelques indiscrétions négatives d’un ancien très proche de Donald Trump : Steve Bannon.

 

 

Alors qu’elle n’avait aucun nouvel album à présenter, Rihanna a malgré tout été l’une des reines de la soirée.
Si sa collaboration avec Kendrick Lamar lui a valu son 9ème Grammy, elle a surtout livré une performance qui fait beaucoup parler d’elle. Venue chanter son tube “Wild Thoughts” avec DJ Khaled, sa chorégraphie comportait en effet un pas de danse traditionnel d’Afrique du Sud, le Gwara Gwara.
Pour cet hommage à la culture africaine, Rihanna s’est entourée d’une célèbre troupe de danseurs : les A.V.O Boyz.
Si ces artistes originaires du Nigeria et du Ghana ont permis à la star de maîtriser à la perfection ce mouvement particulier, la chanteuse leur a permis en retour d’être sous les feux des projecteurs, boostant au passage leur notoriété.

 

 

Pour ceux qui l’ignoreraient, sachez que cette chanson est adaptée d’un tube de Carlos Santana, “Maria”, extrait de son album “Supernatural” qui avait eu un succès mondial en 1999 :

 

 

La soirée était également le moment pour 2 petits français, Maxim Nucci et sa protégée Jain de briller par leur présence. Nommée dans la catégorie meilleur clip vidéo pour son tube “Makeba” (doublement récompensé aux Victoires de la musique 2017), la chanteuse de 25 ans n’a pas boudé son plaisir lors de son arrivée sur le tapis rouge.
Tout de noir vêtue, Jain (Jeanne Galice de son vrai nom) portait sur l’une de ses poches de veste une rose blanche, signe de son soutien aux mouvements #MeToo et Time’s Up.

S’ils n’ont pas remporté le précieux trophée, – raflé par Kendrick Lamar pour son tube “Humble” –, cette venue aux Grammy Awards était en soi une belle victoire pour l’équipe française, comblée de cette première reconnaissance face aux Américains.
Il faut dire que le clip de Makeba est une jolie pépite réalisée par Greg et Lio, comme le clip d’Orelsan, “Basique”, récompensé cette année aux Victoires de la Musique.

 

 

Nommés dans la catégorie “Chanson de l’année”, Luis Fonsi et Daddy Yankee sont repartis bredouilles , même s’ils ont réussi à faire danser le public des Grammy et la planète entière en 2017 avec leur tube “Despacito”.

 

 

 

 

Voici le palmarès des principales récompenses :
Chanson de l’année : “That’s what I lLike”, de Bruno Mars
Album de l’année : “24K Magic”, de Bruno Mars
Enregistrement de l’année : “24K Magic”, de Bruno Mars
Révélation de l’année : Alessia Cara
Meilleur album rock : “A Deeper understanding”, de The War on Drugs
Meilleur album de rap : “Damn”, de Kendrick Lamar
Meilleur album vocal pop : “Divide”, d’Ed Sheeran
Meilleure performance rock : “You want it darker, de Leonard Cohen
Meilleur album de musique alternative : “Sleep well beast”, de The National
Meilleur album de musique du monde : “Shaka Zulu Revisited : 30th Anniversary Celebration”, de Ladysmith Black Mambazo
Meilleur album dance et électronique : “3-D The Catalogue”, de Kraftwerk
Meilleur album parlé : “The Princess diarist”, de Carrie Fisher
Meilleure clip : “Humble”, de Kendrick Lamar

 

Vous pouvez retrouver ici mes articles sur les précédentes cérémonies :

https://lamusiqueavecmvialatte.blog.ac-lyon.fr/2017/02/19/grammy-awards-2017/

https://lamusiqueavecmvialatte.blog.ac-lyon.fr/2016/02/17/grammy-awards-2016/

https://lamusiqueavecmvialatte.blog.ac-lyon.fr/2015/02/10/grammy-awards-2015/

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *